Sélectionner une page
DU 15 AU 19 MAI 2022 À MONTRÉAL

Promouvoir des politiques pour la santé, le bien-être et l’équité

~ ÉVÉNEMENT HYBRIDE ~

COMITÉS DE L’UIPES 2022

Sous-comité des communications

Sione Tuitahi – Président

  • Nikita Boston-Fisher
  • Liane Comeau
  • Patricia Dias da Silva
  • Chantal Huot
  • Taylor Lawson
  • Erma Manoncourt
  • Maude Sussest

Sous-comité francophone du comité scientifique mondial

Sarah Chaput – Présidente

  • Abdelmounaim Aboussad
  • Martine Antoine
  • Martine Bantuelle
  • Solène Bertrand-Protat
  • Alexandre Delamou
  • Antoine Désilets
  • Carole Faucher
  • Érold Joseph
  • David Houéto
  • Souhaïl Latrèche
  • Julie Lévesque
  • Philippe Lorenzo
  • Jean Simos
  • Maire Tuheiava

Sous-comité hispanophone du comité scientifique mondial

  • Mônica de Andrade
  • Ana Maria Girotti Sperandio
  • Maritza Ingran Calderón
  • Dolors Juvinyà Canal
  • Mariangela Lopes Bitar
  • Blanca Patricia Mantilla Uribe
  • Ronice Maria Pereira Franco de Sá
  • Aurora Sanches
  • Lourdes E. Soto
  • Martín Zemel

Montréal, Québec, Canada

DATE

du 15 au 19 mai 2022

Nos partenaires

Margaret Barry, Ph. D.


Dr Margaret M. Barry, a été élue Présidente de l’Union international de Promotion de la Santé et d’Education pour la Santé en 2019. Elle est titulaire de la Chaire en Promotion de la Santé et Santé publiqque de la “National University of Ireland Galway”, où elle dirige également le Centre collaborateur de l’Organisation mondiale de la Santé pour la Recherche en Promotion de la Santé. La professeure Barry a publié de nombreux articles sur la promotion de la santé et travaille en étroite collaboration avec les décideurs et les praticiens sur l’élaboration, la mise en œuvre et l’évaluation des interventions et des politiques en promotion de la santé aux niveaux national et international. La professeure Barry possède une vaste expérience de la coordination de projets de collaboration à l’échelle internationale et européenne, en tant que chef de projet pour des projets de l’OMS et des initiatives de recherche financées par l’Union européenne.

Margaret Barry fait également partie de plusieurs groupes de pilotage et comités scientifiques internationaux et européens et a agi à titre de conseillère experte en matière de politiques de promotion de la santé mentale et de développement de la recherche dans plusieurs pays du monde. La professeure Barry a rempli deux mandats en tant que membre du Groupe d’experts de la Commission européenne sur les moyens efficaces d’investir dans la santé (2013-2016; 2016-2019).

Carl-Ardy Dubois


Le professeur Carl-Ardy Dubois est détenteur d’un doctorat en santé publique de l’Université de Montréal et a fait des études de deuxième cycle en administration des services de santé. Il a complété auparavant un doctorat en médecine et une formation en épidémiologie et en statistique. Il a effectué ses études postdoctorales au Royaume-Uni, à la « London School of Hygiene and Tropical Medicine », dans le cadre d’une collaboration avec l’Observatoire européen des systèmes et des politiques de santé.

Actuellement directeur du Département de gestion, d’évaluation et de politique de santé de l’Ecole de santé publique de l’UdeM, le professeur Dubois entrera en poste à titre de nouveau doyen de l’école au 1er janvier 2021. Chercheur au Centre de recherche en santé publique (CReSP), il est aussi rattaché au Centre interuniversitaire de recherche en analyse des organisations (CIRANO), au Centre de recherche Interactions du CIUSSS du Nord-de-l’Île-de-Montréal et au Réseau de recherche en interventions en sciences infirmières du Québec (RRISIQ). Durant 12 ans, à titre de chercheur boursier du Fonds de recherche du Québec – Santé (FRQS), il a conduit un programme de recherche portant sur l’analyse des modèles d’organisation des services de santé, la gestion des ressources humaines en santé et l’évaluation de la performance des services de santé. Il poursuit actuellement plusieurs projets dans les mêmes domaines.

Caroline Barbir


Caroline Barbir est Présidente-Directrice Générale du CHU Sainte-Justine depuis décembre 2018. Préalablement à cette nomination, elle a travaillé à titre de Présidente-Directrice Générale du Centre intégré de santé et de services sociaux de Laval, de 2015 à 2018. Entre 2003 et 2015, Madame Barbir a occupé successivement les postes de Directrice Générale du Centre de santé et de services sociaux de Laval, du Centre de santé et de services sociaux Pierre-Boucher, du Centre de santé et de services sociaux du Nord de Lanaudière et du Centre hospitalier régional de Lanaudière. De 1995 à 2003, Caroline Barbir était Directrice Générale du Centre de soins prolongés Grace Dart.

Au cours de sa carrière, Caroline Barbir a assumé plusieurs postes de haute direction, y compris celui de Directrice Générale Adjointe de l'Institut thoracique de l'Hôpital Royal Victoria, établissement qui fait partie aujourd'hui du Centre universitaire de santé McGill.

Détentrice d'un baccalauréat en sciences de l'Université McGill et d'une maîtrise en administration de la santé de l'Université de Montréal obtenue en 1982, elle est récipiendaire du prix Foster G. McGaw. Elle est membre certifiée (CHE) du Collège canadien des leaders en santé et administrateur agréé de l'Ordre des administrateurs agréés du Québec.

En juin 2011 elle a obtenu une certification en gouvernance de sociétés du Collège des Administrateurs de Sociétés et de l'Université Laval ainsi que du « Directors College » de l'Université McMaster. Elle porte le titre d'Administrateur de Sociétés Certifié (ASC) et celui de « Chartered Director » (CD) et est membre du Cercle des ASC.

Elle est chargée d’enseignement de clinique à l’École de santé publique de l’Université de Montréal. Madame Barbir est membre du Conseil d'Administration d’Héma-Québec et siège au Comité National de Transformation du Système Préhospitalier d’Urgence.

Sonia Bélanger


Présidente et Directrice Générale du CIUSSS du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal

Madame Bélanger a occupé les fonctions de Présidente-Directrice Générale du CIUSSS du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal depuis 2015. Avant cela, elle a occupé divers postes d’encadrement et hors encadrement au sein de plusieurs grands organismes du Québec, où elle a orchestré de nombreux exercices de planification stratégique et des plans d’action à grande échelle. Initiatrice de changements majeurs au sein des services psychosociaux et des hôpitaux spécialisés, cette gestionnaire chevronné s’emploie à rassembler l’ensemble du personnel et des professionnels de la santé autour de multiples projets visant à améliorer la santé et le bien-être de notre population.

Visionnaire passionnée par le service aux usagers, la qualité des soins et l’amélioration des performances, elle possède une connaissance approfondie du système de santé du Québec, de ses enjeux et défis, ainsi que des mesures structurelles qui peuvent construire son avenir.

Après avoir obtenu sa licence en sciences infirmières, Mme Bélanger a poursuivi sa maîtrise en administration de la santé ainsi qu’un microprogramme en gestion des services de santé à l’Université de Montréal. Elle est membre du programme de formation des cadres supérieurs Forces/Extra de la Fondation canadienne pour l’amélioration des services de santé, siège au conseil d’administration d’Urgences-santé, de Montréal InVivo et de l’Institut national de santé publique du Québec. et participe également au comité groupe de pilotage du RUIS de l’Université de Montréal. Mme Bélanger est membre de l’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec.

Dr Fabrice Brunet, MD


Né en France, le Dr Brunet œuvre dans le domaine de la santé et des services sociaux depuis plus de trente ans. Il occupe actuellement le poste de Président-Directeur Général du Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM) depuis septembre 2015. Auparavant, il était le Président-Directeur Général du CHU Sainte-Justine de janvier 2009 à septembre 2018 et le PDG des deux centres hospitaliers de septembre 2015 à 2018. Le 14 juillet 2018, il a été fait chevalier de la Légion d’honneur par la France pour l’ensemble de sa carrière dans le domaine de la santé.

Il possède un excellent leadership, esprit d’initiative et une grande expérience pour relever les défis à venir, de même que pour innover, à travers les activités de soins, d’enseignement, de recherche et de gestion des établissements, au bénéfice des patients.

Ses principaux intérêts de recherche portent, entre autres, sur le management hospitalier et l'intégration des systèmes de santé, l’intelligence artificielle, les technologies de communication et d'information médicale, l'amélioration continue de la qualité des soins et de la sécurité du patient, la collaboration internationale et le transfert de savoir-faire.

Au cours de sa carrière, le Dr Brunet a notamment été nommé professeur titulaire de clinique au Département de pédiatrie de l’Université de Montréal, professeur de réanimation en France et de médecine à l’Université de Toronto, chef de département de réanimation et de soins intensifs et directeur médical du programme télémédecine de l'Hôpital St. Michael de Toronto. Depuis février 2017, il est également président du Réseau universitaire intégré de Santé de l’Université de Montréal (RUIS), après en avoir été le vice-président depuis 2009.

Il compte parmi ses nombreuses réalisations la construction d'un programme de recherche clinique en soins intensifs et d'un centre de chirurgie cardiaque à Paris, un projet d'hôpital à Saint-Pétersbourg en Russie et la création d'un centre universitaire de réanimation et de soins intensifs à Toronto. De nombreux projets de modernisation ont été réalisés sous sa gouverne avec notamment la construction d'un nouveau centre de recherche et d'un bâtiment d'unités de soins spécialisés au CHU Sainte-Justine pour un budget de 1,5 milliard $ et d’un nouveau campus du CHUM pour un budget de 3,5 milliards $.

Shu-Ti Chiou, MD, PhD, MSc


Le Dr Shu-Ti Chiou, spécialiste en médecine familiale et Docteure en épidémiologie, est Vice-Présidente de l’Union internationale de Promotion de la Santé et d’Education pour la Santé à l’échelle mondiale, chargée du Renforcement des Capacités, de l’Education et de la Formation. Elle est aussi fondatrice et Présidente de la Fondation pour la Santé et le Développement durable; Professeure adjointe à l’Université nationale Yang-Ming, à Taipei ; ancienne Directrice Générale de la « Health Promotion Administration » du ministère de la Santé et du Bien-être social, à Taiwan de 2009 à 2016; et ancienne Présidente du Conseil de Gouvernance du Réseau international des Hôpitaux et Services de Santé Promoteurs de Santé de 2012 à 2014.

Le Dr Chiou a initié plusieurs programmes pionniers en matière de promotion de la santé et a réalisé des réformes concernant la délivrance des soins de santé à Taïwan, notamment le projet de ville en santé pour Taipei, l’initiative nationale des villes amies des aînés, une politique complète de lutte contre le cancer, la législation visant à protéger l’allaitement maternel dans les lieux publics, l’interdiction des gras trans, l’interdiction de la commercialisation de « junkfood » pour les enfants, etc. Elle a développé le plus grand réseau d’hôpitaux promoteurs de santé et le premier programme au monde de reconnaissance des soins de santé adapté aux aînés.

Le Dr Chiou a pratiqué l’élaboration et l’évaluation de politiques fondées sur des données probantes dans ses travaux. Elle a conçu/co-conçu trois essais comparatifs randomisés en grappes pour les lieux de vie promoteurs de santé, tous publiés dans des revues de haut niveau. Son leadership a permis à Taïwan de réaliser une réduction de 26,5 % du taux de tabagisme chez les adultes, une réduction de 49 % du taux de mastication de la chique de bétel chez les hommes adultes, de doubler le taux d’allaitement exclusif et de diminuer le taux de tabagisme et la prévalence de l’obésité chez les enfants et les adolescents. Elle a reçu de nombreux prix honorifiques, tels que le « Distinguished Achievement Award for Outstanding Civil Servants » (Prix pour services insignes à des fonctionnaires exceptionnels) (1999) et le Prix pour les dix jeunes femmes les plus remarquables de Taïwan (2000).

Liane Comeau


Liane Comeau has been the Executive Director of the International Union for Health Promotion and Health Education since April 2018. She has worked in a pan-Canadian NGO, Invest in Kids, as Director of Research and Evaluation, and as Specialized Scientific Advisor at the “Institut national de santé publique du Québec” (INSPQ), focusing on health promotion initiatives targeting children, adolescents and families. She holds a doctorate in developmental psychology from McGill University (2004). She has published scientific papers on various topics including mental health and child development, and co-authored several reports on policy-relevant public health topics while at the INSPQ.

Nicole Damestoy


Nicole Damestoy est Présidente-Directrice Générale de l'Institut national de santé publique du Québec depuis février 2015. Elle œuvre dans le domaine de la santé publique depuis près de 25 ans.

Auparavant, elle a occupé divers postes au niveau régional, notamment comme responsable des dossiers de promotion-prévention touchant les aînés, la sécurité et les habitudes de vie.  Par la suite, elle a agi 8 ans à titre de Directrice régionale de Santé publique. Avant son arrivée à l’INSPQ, elle a collaboré à la rédaction de la Politique gouvernementale de prévention en santé et du Programme national de santé publique du Québec 2015-2025.

Dre Damestoy est professeure agrégée de clinique à l’École de santé publique de l’Université de Montréal et professeure auxiliaire au département d’épidémiologie, biostatistique et santé au travail de la faculté de médecine de l’Université McGill. Diplômée de la faculté de médecine de McGill, et détentrice d’une maîtrise en épidémiologie et biostatistique de la même université, elle est membre du Collège royal des médecins du Canada (santé publique et médecine préventive).

Professor Evelyne de Leeuw


Evelyne de Leeuw (“Centre for Health Equity Training, Research and Evaluation CHETRE” at the University of New South Wales, Sydney, Australie) a été associée d’une manière ou d’une autre  à l’Union internationale d’Education pour la Santé (UIES), devenue ensuite Union internationale de Promotion de la Santé et d’Education pour la Santé (UIPES), depuis 1984. Son seul titre de gloire est d’avoir été la plus jeune participante à la conférence au Canada où la Charte d’Ottawa pour la promotion de la santé, éponyme, a été élaborée et adoptée en 1986. Cela a déterminé ses perspectives et sa carrière et sa façon d’envisager la promotion de la santé, les lieux de vie en santé (et en particulier les villes en santé) et les sciences politiques dans le domaine de la santé. Ce sont les domaines de  la recherche, de la pratique, de l’engagement et de l’élaboration de politiques qui ont motivé les engagements d’Evelyne, avec quelques excursions dans certains champs disciplinaires plutôt inattendus et parfois passionnants. Evelyne est devenue un peu experte en conception de programmes de santé publique après avoir occupé les fonctions de Secrétaire Générale de l’Association des Ecoles de Santé publique de la Région européenne - ASPHER (1992-1998) et a donc été invitée à occuper des postes de direction dans la construction de programmes d’enseignement supérieur en santé publique et en santé des populations aux Pays-Bas, au Salvador, au Danemark et en Australie. Cela a abouti à une excursion assez triste dans la construction des programmes de santé publique et de promotion de la santé dans une Ecole de médecine australienne.

Fort heureusement, elle est retournée dans l’étreinte chaleureuse de la communauté mondiale de la promotion de la santé. Au cours des quatre dernières Conférences mondiales de l’UIPES, elle a présidé le Comité des médias sociaux et des technologies réactives (the Social Media and Responsive Technologies SMaRT Committee) et a été un membre du Comité scientifique à cause également de son rôle en tant que Rédactrice en chef de Health Promotion International et de ses connaissances sur l’état d’avancement de la recherche au niveau mondial.  Elle a récemment mis sur pied un collaboratoire sur les environnements urbains en santé « Healthy Urban Environments Collaboratory » dans le cadre d’un vaste partenariat en Australie et est très heureuse d’occuper le poste de présidente du Comité scientifique mondial (avec Kate Frohlich) de #IUHPE2022.

Dolors Juvinyà Canal


Vice-Présidente de l’UIPES chargée des Conférences

Elle est Professeure de Santé communautaire et d’Education pour la Santé au Département des soins infirmiers de l’Université de Gérone. Elle possède une longue carrière d’enseignante et coordonne le Master universitaire en Promotion de la Santé depuis 2007. Elle dirige la Chaire de Promotion de la Santé de l’Université de Gérone créée en 2008 avec le soutien de Dipsalut, dans le but de promouvoir la formation, le transfert de connaissances et la recherche en promotion de la santé.

Elle coordonne le groupe de recherche "Santé et soins de santé" de l’Université de Gérone depuis 2002, groupe reconnu comme étant bien établi, par la Generalitat de Catalogne. Elle a participé à des projets de recherche, aux niveaux national et international. Elle a dirigé des thèses de doctorat et publié de nombreux travaux scientifiques dans des revues spécialisées nationales et internationales.

Elle est activement impliquée dans différents réseaux nationaux et internationaux liés à la promotion de la santé dans des Universités, des hôpitaux et des centres promoteurs de santé. Elle fait partie du Groupe de Travail à l’échelle mondiale de l’UIPES sur la Salutogénèse et de la « Society for Theory and Research on Salutogenesis ». Elle participe également au Consortium européen de Formation en Santé publiquet et en Promotion de la Santé. Elle a reçu le prix Carolina Menéndez récompensant son parcours professionnel, décerné par l’Académie des Sciences médicales de Catalogne et des Baléares. Elle a reçu la médaille Josep Trueta décernée par le gouvernement de Catalogne en reconnaissance de sa contribution à la promotion et à l’amélioration du domaine de la santé en 2019.

Louise Potvin


Louise Potvin est actuellement professeure au Département de médecine sociale et préventive de l’École de santé publique (ESPUM) de l’Université de Montréal. Elle est directrice scientifique du Centre de recherche en santé publique de l’Université de Montréal et du CIUSSS Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal (Régie régionale de la santé). Elle est titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les approches communautaires et les inégalités en santé. Ses principaux intérêts de recherche sont la recherche interventionnelle en santé des populations et le rôle des milieux sociaux dans la production locale de santé et d’équité en santé. En plus d’avoir édité et co-édité huit ouvrages, elle a publié plus de 300 articles révisés par des pairs, chapitres de livres, éditoriaux et commentaires. Elle est un membre élu du Conseil Exécutif de l’Union internationale de Promotion de la Santé et d’Education pour la Santé et la Rédactrice-en-chef de la Revue canadienne de Santé publique. Elle est membre de l’Académie canadienne des sciences de la santé. Elle a reçu le Prix Pierre-Dansereau 2017 de l’Association canadienne française pour l’avancement des sciences (ACFAS) et le Prix du pionnier 2019 des Instituts de recherche en santé du Canada - Institut de la santé publique et des populations dans la catégorie Chercheur chevronné.

Sione Tu’itahi


Sione Tu’itahi est le Directeur Exécutif du « Health Promotion Forum » de Nouvelle-Zélande (Runanga Whakapiki Ake I Te Hauora o Aotearoa, Nouvelle-Zélande). Educateur, auteur et professionnel de santé publique, ses centres d’intérêt en promotion de la santé comprennent les déterminants de la santé, les droits de la personne, le développement communautaire, les politiques publiques et le perfectionnement des ressources humaines. Il a été nommé champion de la santé publique en 2019 par l’Association de santé publique de la Nouvelle-Zélande. Sione est le Vice-président en charge des communications du Conseil exécutif mondial de l’Union internationale de Promotion de la Santé et d’Education pour la Santé. Ancien journaliste, Sione est l’auteur de plusieurs livres, documents académiques et histoires d’enfants. Comptant plus de 20 ans d’expérience en gouvernance et en leadership, il est membre de plusieurs groupes consultatifs nationaux dans les secteurs de l’éducation et de la santé et dans le milieu communautaire.

Stephan Van den Broucke, Ph.D.


Stephan Van den Broucke est Professeur et Vice-Doyen de la Faculté de Psychologie et des Sciences de l’Education à l’Université Catholique de Louvain en Belgique. Il a auparavant occupé les fonctions d’expert de haut niveau à l’Institut flamand de promotion de la santé, de responsable de projet à l’Agence exécutive pour la santé et les consommateurs de la Commission européenne et de professeur agrégé au département de santé internationale de l’Université de Maastricht, aux Pays-Bas.

Ses principaux intérêts de recherche comprennent la promotion de la santé, les changements de comportements en santé, l’enseignement de l’autogestion des maladies chroniques, la littératie en santé, le renforcement des capacités et le développement durable. En plus de diriger de nombreux projets de recherche en Belgique, il a été chercheur principal dans plusieurs projets internationaux de grande envergure, notamment l’Enquête européenne sur la littératie en santé (HLS-EU), « Reviewing Public Health Capabilities in Europe » (un examen des capacités en santé publique en Europe), « Action-For-Health », « IC-Health » et le projet européen de littératie en matière de diabète.

Stephan est un membre élu du Conseil Exécutif et le Vice-Président en charge des Affaires scientifiques de l’Union internationale de Promotion de la Santé et d’Education pour la Santé. Il est aussi membre du conseil consultatif de l’ « Asian Health Literacy Association », membre du groupe de travail sur les méthodes de recherche sociale de l’Autorité européenne de sécurité des aliments et président du prix HealthNest de littératie en santé. Auteur de plus de 100 publications révisées par des pairs, il est rédacteur en chef adjoint de Health Promotion International et membre du comité de rédaction des Archives of Public Health. Il a été évaluateur de propositions de recherche soumises à des organismes de financement en Belgique, aux Pays-Bas, en Allemagne, au Portugal, en Israël, à Hong Kong et au Koweït, et conseille régulièrement la Commission européenne et l’Organisation mondiale de la Santé.

Liane Comeau


Liane Comeau est la Directrice Exécutive de l’Union internationale de Promotion de la Santé et d’Education pour la Santé (UIPES). Elle est née en Nouvelle-Écosse, au Canada et a vécu dans plusieurs villes et pays. Elle est titulaire d’un doctorat de l’Université McGill obtenu en 2004 et s’intéresse particulièrement au développement de l’enfant. Pendant six ans, elle a travaillé au sein d’une ONG pancanadienne, « Invest in Kids », comme Directrice de la Recherche et de l’Evaluation. Avant de prendre son poste au Secrétariat international de l’UIPES, elle occupait les fonctions de Conseillère scientifique à l’Institut national de Santé publique du Québec depuis 2008. Son travail était axé sur des initiatives de promotion de la santé ciblant les enfants et les familles, particulièrement dans le contexte scolaire, de même que sur la santé mentale tout au long de la vie et la planification et l’interprétation d’enquêtes populationnelles. Liane Comeau s’intéresse de près à la recherche appliquée et à l’enseignement au travers de son affiliation comme chargée de cours à l’École de Santé publique de l’Université de Montréal (depuis 2013).

Hope Corbin


Le Dr Hope Corbin est professeure associée et directrice du programme des services sociaux au département de la santé et des études communautaires de la Western Washington University. Elle est titulaire d’un doctorat en promotion et développement de la santé de l’Université de Bergen, en Norvège. Hope a collaboré en tant que consultante avec l’Union internationale de Promotion de la Santé et d’Education pour la Santé (UIPES), l’Ecole de Santé publique de l’Université du Texas et l’Organisation mondiale de la Santé.

La mission professorale de Hope se concentre sur la réduction des inégalités dans les déterminants sociaux de la santé par la collaboration intersectorielle et sur le partenariat en tant que moyen de mettre à profit différents systèmes de connaissances et de pouvoir pour promouvoir la santé et le bien-être. Elle s’intéresse particulièrement au partenariat Nord-Sud et à la promotion de l’équité dans la recherche en promotion de la santé à l’échelle mondiale. Son récent ouvrage, Art and Health Promotion : Tools for Practice, Research and Transformation, (L’art et la promotion de la santé : outils pour la pratique, la recherche et la transformation) explore la façon dont l’intégration des arts dans la pratique, la recherche et l’action en promotion de la santé offre une voie prometteuse vers la transformation, la libération et le ressourcement des individus, des lieux de vie, des communautés et des sociétés.

Hope est un membre actif de l’UIPES depuis 2005. En 2007, elle a fondé le Réseau des étudiants et des jeunes professionnels de l’UIPES et en a été la présidente pendant cinq ans avant de passer la main avec succès en 2012. Elle demeure impliquée dans le groupe à titre consultatif. Hope est la Vice-présidente régionale de l’UIPES pour l’Amérique du nord. Elle est aussi rédactrice en chef adjointe de Health Promotion International.

Annie-Kim Gilbert


Annie-Kim Gilbert, Ph. D. est directrice de l’enseignement universitaire et de la recherche du CIUSSS Centre-sud-de-l’Île-de-Montréal (CCSMTL). Son mandat est de soutenir le développement de la mission universitaire au sein de l’établissement afin d’améliorer la santé et le bien-être des populations. Plus spécifiquement, son rôle est de produire, partager et accompagner la mobilisation des connaissances pour développer des savoirs originaux et de qualité, former la relève, soutenir les pratiques innovantes et la prise de décision, et influencer les politiques publiques. Le CCSMTL est une organisation qui accueille plus de 6000 stagiaires annuellement et qui chapeaute 6 centres de recherche, 4 instituts universitaires et 1 centre affilié universitaire.

Marie-Claude Lamarre


Marie-Claude Lamarre a occupé les fonctions de Directrice Exécutive de l’UIPES de 1991 à 2017. Au cours de sa longue carrière à l’UIPES, elle a eu l’opportunité de participer activement à l’organisation de douze Conférences mondiales de l’UIPES en promotion de la santé. A ce titre elle a acquis une expérience approfondie de ce qui fait la marque des Conférences mondiales de l’UIPES dans notre domaine.

Josiane Loiselle-Boudreau


Chef d’unité scientifique par intérim
Partenariats et expertises transversales : évaluation, recherche et équité
Institut national de santé publique du Québec

Josiane Loiselle-Boudreau a rejoint l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) en septembre 2019 à titre de conseillère scientifique aux partenariats. En juin 2020, elle y a été nommée chef d’unité scientifique Partenariats et expertises transversales : évaluation, recherche et équité par intérim. Titulaire d'une maîtrise en droit international et politique internationale qui l'a menée à effectuer un stage auprès de l'Association pour les Droits de l'Homme et le Développement au Cambodge, Josiane Loiselle-Boudreau possède un bagage d'expériences et de compétences variées. Pendant près de dix ans, elle a été fidèle à Femmes Autochtones du Québec où elle a coordonné le dossier de la santé ainsi que celui de la justice et de la sécurité publique.

Allison Nelson


Allison Nelson est une analyste principale des politiques au Centre de prévention des maladies chroniques et d’équité en santé de l’Agence de la santé publique du Canada. Elle travaille avec la Division des déterminants sociaux de la santé sur des partenariats et des initiatives intersectorielles. Ce groupe s’efforce d’impulser des actions à l’extérieur du secteur de la santé de façon à améliorer les déterminants sociaux de la santé et l’équité en santé.

Virginie Moffet


Virginie Moffet est détentrice d’une maîtrise en Sciences politiques où elle s’est intéressée à l’émergence des politiques en environnement ainsi qu’à l’évaluation des politiques publiques. Elle a travaillé de 2007 à 2019 à titre de conseillère en changements climatiques. Elle a notamment développé une expertise en matière d’adaptation aux impacts des changements climatiques. De plus, l’intégration des multiples considérations sociales, environnementales et économiques des changements climatiques aux échelles régionales et locales à constitué la majeure partie de son travail. Depuis décembre 2019, elle agit à titre de coordinatrice de l’équipe en charge de l’approche Santé dans toutes les politiques mise en place au Québec. À ce titre, elle est responsable d’orchestrer l’élaboration et la mise en œuvre de la Politique québécoise gouvernementale de prévention en santé (PGPS).

Ann Pederson


Ann Pederson est un membre de longue date de la communauté de la promotion de la santé au Canada. Sa thèse de maîtrise a servi de base à la première édition de Health Promotion in Canada, un recueil édité de chapitres écrits par des universitaires et des praticiens du domaine, publié pour la première fois en 1994. Actuellement dans sa quatrième édition, Health Promotion in Canada retrace le développement et l’évolution des politiques, de la recherche et des pratiques en promotion de la santé pendant près de trois décennies. En tant que co-éditrice de chaque édition, Ann a eu le plaisir de travailler avec de nombreuses grandes figures qui ont marqué la théorie et la pratique de la promotion de la santé au Canada et, dans une certaine mesure, à l’échelle mondiale.

Ann a obtenu une maîtrise en santé communautaire de l’Université de Toronto et un doctorat de l’Université de la Colombie-Britannique. Ses recherches doctorales ont exploré la façon d’introduire les considérations de genre dans la théorie, la recherche et la pratique en promotion de la santé. Des aspects de ce travail figurent dans la collection éditée Making it Better : Gender Transformative Health Promotion. Ann a rempli deux mandats au conseil d’administration de l’Association canadienne de santé publique et a été membre administrateur du Bureau régional nord-américain (NARO) de l’UIPES.

À titre de professeure adjointe à l’École de la santé publique et des populations de l’Université de la Colombie-Britannique et à la Faculté des sciences de la santé de l’Université Simon Fraser, Ann a travaillé avec deux douzaines de stagiaires à la maîtrise en santé publique qui s’intéressent à la santé des femmes, au genre et à la santé et à la promotion de la santé. Les recherches actuelles d’Ann portent sur la violence sexiste, en particulier la façon dont les perceptions du public influencent la volonté des survivantes de divulguer les agressions sexuelles; la mise en œuvre de « Kangaroo Care » comme innovation dans les soins aux nouveau-nés en Colombie-Britannique; et l’amélioration des réponses offertes par le système de soins de santé aux mutilations génitales chez les femmes. Basée à Vancouver, Ann est actuellement Directrice de la promotion de la santé de la population au « BC Women’s Hospital & Health Centre » et Directrice exécutive par intérim des « Perinatal Services BC ».

Maude Sussest


Professionnelle en communication avec une grande expertise en organisation d'événements scientifiques, Maude Sussest travaille au sein du réseau de la santé et des services sociaux du Québec depuis 10 ans. Elle occupe le poste de chargée de projets en diffusion des connaissances à la Direction de l'enseignement universitaire et de la recherche du CIUSSS du Centre-Sud-de-l'Île-de-Montréal (CCSMTL). Passionnée par la recherche scientifique, elle accompagne les 5 instituts universitaires et les 6 centres de recherche du CCSMTL afin de valoriser et faire rayonner les savoirs des chercheurs auprès des professionnels et du grand public.

Catherine Villemer


Adjointe à la vice-rectrice
Partenariats communautaires et internationaux, Université de Montréal

Catherine Villemer a plus de 15 ans d’expérience dans le domaine des relations internationales. Elle a acquis une expérience internationale solide et diversifiée, en étudiant et travaillant en Europe (France, Belgique et Allemagne), en Asie (Vietnam) et en Amérique du Nord (Canada). Depuis les cinq dernières années, elle contribue à l’internationalisation de l’Université de Montréal en tant qu’adjointe de la vice-rectrice en charge des partenariats internationaux.

Anciennement Directrice exécutive du Centre d’Excellence sur l’Union européenne (Université de Montréal – Université McGill) et Conseillère principale aux partenariats du Centre d'études et de recherches internationales (CÉRIUM), elle a également participé à l’organisation du Sommet mondial de la Santé 2017 organisé par l’Université de Montréal.

Catherine est membre du Conseil d’administration du CÉGEP de Bois-de-Boulogne, un collège d'enseignement général et professionnel situé à Montréal. Elle est titulaire d’un Master en ingénierie agro-économique d’Agrocampus Ouest, en France.

Katherine Frohlich


Katherine Frohlich est Professeure au Département de Médecine sociale et préventive de l’École de Santé publique de l’Université de Montréal (ESPUM) et Associée de Recherche au Centre de Recherche en Santé publique (CReSP) à l’Université de Montréal. Elle est co-titulaire de la Chaire de recherche McConnell -Université de Montréal Myriagone en mobilisation des connaissances jeunesse. Elle travaille actuellement sur un projet de recherche interventionnelle en santé des populations des Villes en Santé qui se concentre sur l’interaction entre la planification urbaine et la promotion de la santé et sur la façon de rendre les milieux urbains plus propices aux jeux libres des enfants et des jeunes. Elle participe également activement à des projets sur les inégalités sociales dans les pratiques liées à la santé, sur la théorie sociale en épidémiologie sociale et promotion de la santé, sur la sociologie du tabagisme et sur la mobilisation des connaissances des jeunes.

Kate siège aux comités de rédaction de l’International Journal of Public Health, Health and Place, Social Science and Medicine et du Journal of Health and Social Behavior. Elle dirige l’option Promotion de la Santé du programme de doctorat de l’Université de Montréal depuis plus de 10 ans et est l’une des corédactrices de la 4e édition du livre Health Promotion in Canada. Elle est ravie d’être coprésidente du Comité scientifique mondial (avec Evelyne de Leeuw) et présidente du Comité scientifique national pour #IUHPE2022.

Faten Ben Abdelaziz, Ph. D.


Le Dr Faten Ben Abdelaziz est Chef de l’Unité pour le Renforcement du Bien-être au Département de la Promotion de la Santé au Siège de l’Organisation Mondiale de la Santé, où elle apporte un soutien technique aux États membres de l’OMS dans le développement de politiques et de programmes dans différents domaines de la promotion de la santé. Elle supervise les travaux sur la bonne gouvernance pour la santé et le bien-être, incluant les villes en santé, les écoles promotrices de santé, la littératie en santé et l’engagement communautaire. www.who.int/health-topics/health-promotion

Ses travaux actuels portent sur la gouvernance urbaine pour la santé et le bien-être et l’élaboration de normes mondiales pour les écoles promotrices de santé - un projet conjoint entre l’OMS et l’UNESCO. www.who.int/health-topics/health-promoting-schools

Le Dr Ben Abdelaziz a précédemment travaillé au Bureau régional de l’OMS pour la Région de la Méditerranée orientale (EMRO) en tant que Conseillère régionale pour l’Education pour la Santé et la Promotion de la Santé et comme Coordinatrice de la Promotion de la Santé au Département de Prévention des Maladies non transmissibles (MNT). Au Centre de Développement de la Santé de l’OMS à Kobe, au Japon, elle a exercé les fonctions de Technicienne dans les domaines de la promotion de la santé, l’urbanisation et la santé, l’équité en santé, la santé des femmes et la condition féminine, et les déterminants sociaux de la Santé.

Monica de Andrade, Ph. D.


Monica de Andrade est Consultante indépendante dans les domaines de l’écologie et la santé, la promotion de la santé et le développement durable, et l’innovation dans les méthodes d’enseignement actif. Ses recherches portent sur le renforcement des capacités en promotion de la santé, la littératie en santé, les indicateurs de développement durable et les changements climatiques et leurs impacts sur la santé. Depuis 2019, elle est Vice-présidente du Bureau régional de l’Union internationale de Promotion de la Santé et d’Education pour la Santé pour l’Amérique latine (UIPES/ORLA). Elle est titulaire d’un doctorat et d’une maîtrise en écologie et ressources naturelles et d’une licence en sciences biologiques de l’Université fédérale de São Carlos, au Brésil. Elle a occupé un poste de post-doc à l’Université de São Paulo, au Brésil, avec le soutien de la FAPESP.

De 2006 à 2017, elle a travaillé comme professeure titulaire au Programme d’études supérieures en promotion de la santé de l’Université de Franca au Brésil et on peut lui attribuer la maternité du premier doctorat en promotion de la santé en Amérique latine. Elle a conseillé 23 Masters et 7 projets de recherche doctorale. Elle a travaillé comme tutrice à distance dans le domaine de l’autonomie fonctionnelle pour la Fondation Edex en Espagne. Elle est également  consultante auprès du ministère brésilien de l’Éducation, CAPES et auprès du ministère brésilien de la Santé en tant que réviseure de la politique de promotion de la santé. Elle est également professeure invitée pour de courtes durées enseignant la promotion de la santé à l’École de santé publique de l’Université du Costa Rica.

Elle a été invitée comme intervenante à la 22ème Conférence mondiale de l’UIPES sur la Promotion de la Santé, à Curitiba au Brésil ; au 3ème Congrès international et 5ème Congrès national sur la Promotion de la Santé à Bucaramanga, en Colombie; à la 21ème Conférence mondiale de l’UIPES sur la Promotion de la Santé à Pattaya en Thaïlande et au Vème Congrès international des Universités promotrices de Santé à l’Université du Costa Rica en 2011.

Sarah Chaput, M.Sc.


En tant que coordonnatrice de la section des Amériques du Réseau francophone international pour la promotion de la santé, Sarah Chaput est responsable du sous-comité francophone du comité scientifique international. Titulaire d’un baccalauréat en Nutrition et d’une maîtrise en Santé publique de l’Université de Montréal, Sarah a notamment œuvré comme Conseillère scientifique à l’Institut national de Santé publique du Québec et comme Coordonnatrice de projet au sein du « Public Health Advocacy Institute of Western Australia ». Si elle compte quelques publications à son actif sur les thématiques de l’accès aux aliments sains et des boissons sucrées, son champ de pratique s’est élargi à la promotion de la santé de manière plus globale dans la dernière année. Sarah valorise le partage des connaissances et expertises en promotion de la santé dans une perspective de santé durable et de relations « gagnant-gagnant » entre les parties prenantes.

Dr Gerry Eijkemans


Gerry Eijkemans a rejoint l’Organisation panaméricaine de la Santé/Bureau régional de l’OMS pour les Amériques en qualité de responsable de la promotion de la santé et des déterminants sociaux de la santé en mai 2018. L’Unité couvre également des sujets liés à la santé urbaine et à la santé des travailleurs, et joue un rôle clé dans la mise en œuvre de l’Agenda 2030. Auparavant, elle a dirigé le bureau de l’OPS/OMS au Mexique et a été la représentante de l’Organisation pour les Bahamas et les îles Turks et Caïques et pour le Suriname.

Gerry est une ressortissante néerlandaise, médecin de formation de l’Université de Nimègue et possède une maîtrise en santé publique de l’Université Johns Hopkins. Elle a travaillé dans des organisations internationales pendant plus de 25 ans et a fourni une coopération technique dans différentes parties du monde. Au cours de ses huit années à Genève, elle a été responsable du programme mondial de la santé au travail de l’OMS et conseillère principale attachée au Programme international du BIT pour l’élimination du travail des enfants. Sa spécialisation est en santé publique, avec un accent particulier sur les déterminants sociaux de la santé, l’équité en santé, la santé des travailleurs et la santé environnementale, et la gouvernance de la santé urbaine et locale.

Martine Fortier


Martine Fortier, adjointe au Directeur des affaires médicales et universitaires, est directrice du Centre de promotion de la santé du CHU Sainte-Justine. Depuis plus de 30 ans, elle a développé une solide expertise dans le développement de stratégies de prévention et de promotion de la santé touchant différentes thématiques de la santé des enfants, des adolescents et des parents. Elle a notamment œuvré au sein de la Direction de santé publique de Montréal ainsi que dans des missions humanitaires au Salvador et en Haïti, avec l’Unité de santé internationale de l’Université de Montréal et la Croix rouge canadienne. Le transfert de connaissances ainsi que les interventions visant la création d'environnements favorables à la santé des jeunes et de leurs parents,  pour une meilleure prise en charge de leur santé, est au cœur de ses actions. Depuis 2013, après des études supérieures en Gestion et Développement des organisations de santé, elle coordonne  des programmes qui visent à intégrer la prévention et la promotion de la santé dans la culture et la structure organisationnelle du CHU Sainte-Justine. Martine Fortier vient d’être nommée Responsable de la coordination du Secrétariat Permanent du Réseau Mère Enfant de la Francophonie.

Ana Gherghel


Ana Gherghel est sociologue, chercheure, spécialiste en récits de vie et en approche du parcours de vie. Elle agit aussi comme conseillère en évaluation de programme d’innovation, par des approches participatives, évolutives et mixtes. Elle détient un doctorat en sociologie de l’Université Laval (Québec, Canada) et des études en sociologie à l’Université de Bucarest (Roumanie). Elle a œuvré en Roumanie, au Canada et au Portugal, dans des milieux universitaires et dans le réseau de la santé et des services sociaux, ainsi qu’en collaboration avec des organisations communautaires. Ses intérêts de recherche portent sur le développement individuel et les facteurs qui influencent l’adaptation des personnes lors des tournants de la vie, notamment en contexte d’immigration. Ses projets de recherche ont montré, entre autres, l’importance du soutien social pour les familles qui vivent la monoparentalité, ainsi que les solidarités intergénérationnelles transnationales.

Comme conseillère en évaluation, elle a collaboré avec des partenariats des nations autochtones au Québec afin de développer des approches d’évaluation culturellement adaptées, en contexte de travail collectif, d’intersectorialité et de prévention pour favoriser le développement global des tout-petits. Auteure d’un livre sur l’approche du parcours de vie et de plusieurs publications et conférences, elle accorde une attention particulière au partage des savoirs scientifiques et des savoirs expérientiels issus des pratiques sociales innovantes. Elle a rejoint l’UIPES en juillet 2020, comme responsable des affaires scientifiques, pour développer des projets collaboratifs, intersectoriels et évaluatifs visant la promotion de la santé et l’éducation, mettant de l’avant la diversité et l’inclusion sociale et culturelle.

Diane Levin-Zamir, PhD, MPH, MCHES, EuHP


Diane Levin-Zamir est la Directrice nationale du Département de Promotion de la Santé de Clalit, la plus grande organisation de soins de santé sans but lucratif d’Israël. Elle est Professeur à l’École de Santé Publique de l’Université de Haïfa en Israël et enseigne les cours exigés dans la filière promotion de la santé de l’École de Santé Publique de la Faculté de Médecine de l’Université de Tel Aviv. Elle est l’une des fondatrices et des dirigeantes du Groupe de travail mondial sur la littératie en santé de l’Union internationale de Promotion de la Santé et d’Education pour la Santé. Elle préside le Conseil national de Promotion de la Santé du ministère israélien de la Santé et a été l’une des fondatrices de l’ « Israel Health Promoters and Health Educators Association ».

Diane a publié de nombreux articles et chapitres de livres sur de nombreux aspects de la littératie en santé et de la promotion de la santé. Elle s’est spécialisée dans la recherche-action et l’élaboration de politiques en promotion de la santé dans les soins primaires communautaires, les enfants et les adolescents, les personnes atteintes de maladies chroniques, les milieux hospitalier et médiatique, la littératie en santé médiatique et numérique, l’évaluation de la littératie en santé de la population et la pertinence culturelle pour la santé des politiques, de la recherche et de la pratique. Diane a été la chercheuse principale de l’Enquête nationale sur la littératie en matière de santé en Israël. Elle est conseillère scientifique pour l’ « Asian Health Literacy Association », ainsi que pour le projet « Health Literacy for Children and Adolescents » en Allemagne et fait partie du groupe consultatif d’experts de l’OMS sur l’élaboration d’un plan d’action européen sur la littératie en santé. Elle siège au conseil d’administration de l’ « International Health Literacy Association » et fit partie du comité de rédaction de la Revue Global Health Promotion.

Kelsey Lucyk


Kelsey Lucyk est un analyste de haut niveau des politiques au Centre de Prévention des Maladies chroniques et d’Equité en Santé de l’Agence de la Santé publique du Canada. Elle travaille avec la Division des Déterminants sociaux de la Santé sur des partenariats et des initiatives intersectorielles. Ce groupe s’efforce de tirer parti des mesures prises à l’extérieur du secteur de la santé de façon à améliorer les déterminants sociaux de la santé et l’équité en santé.

Erma Manoncourt, PHD


Erma Manoncourt est Professeure associée à l’Ecole des Affaires internationales de Paris, Sciences Po et conférencière invitée à la « School of Global Public Health », « New York University (Behavioural Communications for Global Epidemics) ». En 2011 elle a fondé et préside l’Organisation Management & Development Consulting Inc.  (http://www.mandevconsulting.com/), qui se spécialise dans les interventions de changement social et comportemental, la conception de méthodologies participatives et l’évaluation d’interventions comportementales dans des contextes de développement et dans des situations d’urgence humanitaire. Auparavant, elle a occupé les postes suivants au Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) : Représentante de pays en République arabe d’Égypte, Représentante adjointe et Représentante, a.i. en Inde et Responsable du Programme Communication/Mobilisation sociale à New York. Après sa retraite, elle a également été conseillère principale/représentante par intérim à l’UNICEF-Soudan et Responsable de l’Engagement communautaire dans la Mission d’intervention d’urgence des Nations Unies contre le virus Ebola (UNMEER) pendant l’épidémie en Afrique de l’Ouest. Avant de rejoindre l’UNICEF, le Dr Manoncourt était professeure adjoint et responsable de la communication en santé au Département des sciences appliquées de la santé de l’École de santé publique et de médecine tropicale de l’Université de Tulane.

Le Dr Manoncourt est actuellement Vice-Présidente chargée du développement du réseau des membres à l’Union internationale de Promotion de la Santé et d’Education pour la Santé (UIPES) et co-présidente du Groupe de travail mondial de l’UIPES sur les déterminants sociaux de la santé. Elle est également la Coordonnatrice du Projet de l’UIPES “COVID-19 Response for the Africa Region” pour la période 2020-2021. Elle détient un doctorat en comportement en matière de santé de l’Université de la Caroline du Nord à Chapel Hill, une maîtrise en travail social (spécialisation clinique) et une  licence en psychologie.

Mathieu Masse-Jolicoeur


Mathieu Masse-Jolicoeur travaille depuis vingt ans comme professionnel et analyste des politiques publiques. Il a travaillé dans plusieurs domaines dont l’éducation, la culture, le transfert de connaissances, la santé, etc. Il a aussi une large expérience dans le domaine de la recherche et de l’enseignement, étant chargé d’enseignement dans plusieurs universités montréalaises. Cumulant des connaissances approfondies en analyse des politiques publiques, évaluation de programme, organisation de la santé, santé publique, administrations publiques, éducation, transfert de connaissances, gouvernance, management et ressources humaines, il essaie du mieux qu’il peut de contribuer au développement de la santé publique à Montréal. Il est actuellement employé à la direction régionale de santé publique de Montréal du CIUSSS du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal.

Humaira Nakhuda


Humaira Nakhuda est une coordinatrice à l’échelle mondiale du réseau des étudiants et jeunes professionnels de l’UIPES (IUHPE Students and Early Career Network (ISECN). Elle est effectivement une jeune professionnelle en santé mondiale et publique dont les intérêts découlent de diverses expériences locales et internationales formatrices au cours des six dernières années. Elle a notamment été membre du Conseil d’Administration de l’Association mondiale de la médecine d’urgence et des catastrophes, a travaillé avec l’Agence de la Santé publique du Canada pour la COVID-19, a été stagiaire au bureau régional de l’OMS pour l’Europe et a réalisé de la recherche humanitaire au « SickKids Centre for Global Child Health ». Ces expériences, parmi d’autres, ont éclairé sa pratique et aiguisé sa passion pour le travail sur l’équité en santé, les urgences en santé et l’action humanitaire et les partenariats sous l’angle de la promotion de la santé. Humaira est titulaire d’une maîtrise en santé publique en promotion de la santé de l’Université de Toronto et d’une licence en sciences de la vie avec spécialisation de l’Université McMaster.

LinkedIn: linkedin.com/in/humairanakhuda

Thomas Paccalet


Thomas Paccalet est chef d’unité scientifique à l’INSPQ depuis septembre 2018. Œuvrant au sein de la direction du Développement des individus et des communautés, les travaux de son unité couvrent plusieurs déterminants de la santé, comme la prévention de la violence, des impacts à la santé liés à la consommation de substances psychoactives (alcool, cannabis, drogues) ou encore la promotion de la santé mentale positive. M. Paccalet a agi comme acteur dans le système de recherche en santé du Québec pendant plus de dix ans, à la fois comme chercheur et Directeur adjoint à la programmation scientifique d’un programme de recherche au centre de recherche CERVO. Les activités de recherche clinique qu’il encadrait portaient sur la prévention primaire et secondaire des déterminants des troubles de santé mentale.

Marie-Pascale Pomey


Marie-Pascale Pomey est médecin de santé publique et professeure titulaire au Département de gestion, évaluation et politique de santé de l’Ecole de Santé Publique de l’Université de Montréal, chercheure régulière au Centre de recherche du CHUM, axe innovation. Médecin de formation spécialisée en santé publique, elle est titulaire d’une bourse de chercheure sénior FRSQ et de la Chaire en évaluation des technologies et des modalités de pointe au CHUM qui porte sur l’engagement des citoyens et des patients dans la transformation des organisations et du système de santé. Son programme de recherche porte d’une part sur le rôle que jouent les patients et leurs proches dans la transformation des systèmes de santé que cela soit aux niveaux politique, organisationnel ou clinique afin de mettre en évidence les meilleures pratiques. Dans ce cadre elle étudie plusieurs modèles d’intégration des patients aux niveaux des établissements de santé et des soins de santé primaire au Canada et dans d’autres pays. D’autre part, elle s’intéresse à la manière dont la santé connectée (e-health et m-health) modifie les relations entre les professionnels de la santé et les patients ainsi que l’organisation du système de santé. Finalement elle développe des outils de mesure du partenariat de soins et de services.

William Potts-Datema, DrPH, MS, MCHES®, FASHA, FAAHE


William Potts-Datema œuvre dans les domaines de l’éducation et de la santé publique depuis 39 ans, à tous les niveaux du local à l’international. Il a occupé plusieurs postes de leadership aux États-Unis, notamment celui de Responsable de la Division des programmes et services à la Division de la santé des adolescents et de la santé à l’école aux Centres de Contrôle des Maladies et de Prévention (CDC), celui de Directeur des partenariats pour la santé des enfants à l’Ecole de Santé publique  Harvard T.H. Chan de Harvard à Boston, au Massachusetts, et celui de Directeur exécutif de la « Society of State Leaders of Health and Physical Education » à Washington, D.C.

Il occupe les fonctions de Président de la “Foundation for the Advancement of Health Education”, de Secrétaire de la “National Commission for Health Education Credentialing”, et de membre du Conseil de « RMC Health » et de la « Missouri State University Alumni Association ». Il a précédemment siégé à l’international au Conseil d’Administration de l’ASCD et de l’Union internationale de Promotion de la Santé et d’Education pour la Santé; au niveau national au Conseil de la « Parent-Teacher Association (PTA) », de l’ « American School Health Association », et de l’ « American Association for Health Education »; il a enfin été président du conseil national et membre fondateur d’  « Action for Healthy Kids ». Il est membre de l’ASHA et de l’AAHE et membre de la « Delta Omega National Public Health Honorary Society ».

Il est titulaire d’un doctorat en santé publique de l’Université de Géorgie et d’une maîtrise en sciences et d’une licence en éducation de l’Université d’État du Missouri. Le Dr Potts-Datema a présenté des exposés dans 48 États américains et 12 autres pays, et il a rédigé et contribué à de nombreuses publications.

Viliami Puloka


Viliami est un médecin de santé publique qui travaille actuellement en Nouvelle-Zélande en tant que stratège principal en promotion de la santé spécialisé dans la santé du Pacifique auprès du Forum de Promotion de la Santé de la Nouvelle-Zélande. Il est également chercheur associé à l’Université Otago et travaille à l’Unité de recherche sur la promotion de la santé et les politiques de l’Université d’Otago.

Il s’intéresse tout particulièrement au diabète et à l’obésité et considère que le diabète est le visage des maladies non transmissibles dans le Pacifique.

Il a conduit la lutte contre les maladies non transmissibles aux côtés du Secrétariat de la Communauté du Pacifique pendant presque dix ans avant de déménager en Nouvelle-Zélande. Il a été le chef de l’équipe des MNT en appui aux 22 pays et territoires insulaires du Pacifique.

Avant cela, Viliami a travaillé comme clinicien, ainsi que comme praticien de la santé publique dans son pays natal, Tonga. Il est devenu le premier directeur de la promotion de la santé et a joué un rôle déterminant dans la création de la « Tonga Health Promotion Foundation » (Fondation tongane de Promotion de la Santé), l’une des rares dans la région.

Marilyn Rice


Marilyn Rice est Directrice de Merci (Marilyn E Rice Consulting International), un cabinet de conseil international spécialisé dans l’équité en matière de santé et dans le développement. Jusqu’en juin 2011, elle a été la Conseillère principale en Promotion de la Santé et la Coordonnatrice de l’équipe chargée de la santé urbaine et des déterminants de la santé pour l’Organisation panaméricaine de la santé, Bureau régional de l’Organisation mondiale de la santé (OPS/OMS), couvrant les 38 pays de l’hémisphère occidental. Elle a également occupé le poste de Responsable technique du développement communautaire, de la mobilisation et du plaidoyer à la Direction des sciences de la santé, travaillant sur les questions de survie des enfants en Afrique et en Asie; celui de spécialiste en promotion de la santé et en éducation pour la santé dans le domaine de la santé génésique au Siège de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). Elle a été Responsable de la Direction de la prévention de la toxicomanie périnatale du « Center for Substance Abuse » des États-Unis et Conseillère régionale en éducation pour la santé et en développement communautaire pour l’OPS/OMS. Elle est reconnue mondialement pour son travail en promotion de la santé, en éducation pour la santé et en communication sur les changements de comportement; en développement communautaire; en mobilisation sociale; en recherche et évaluation participatives; et dans le domaine émergent de la santé urbaine. Elle a siégé presque sans interruption depuis les années 1980 au Conseil d’administration mondial de l’UIPES et est actuellement présidente du Groupe de travail mondial sur les milieux en santé. Avec Diane Levin, elle fait partie du Comité scientifique mondial de la Conférence mondiale 2022 de l’UIPES en tant que liaison entre le Comité scientifique mondial et les groupes de travail mondiaux de l’UIPES.

Martín Zemel


Martin Zemel est docteur en médecine dentaire, diplômé de l’Université nationale de La Plata, en Argentine. Il est professeur de bioéthique à l’Université nationale de La Plata et de santé publique à l’Université de FASTA. Chaque année, il est invité à donner des cours de premier cycle et d’études supérieures en bioéthique et en santé publique, dans différentes facultés en Argentine et dans d’autres pays. Il est également directeur de l’école de médecine dentaire de l’Université FASTA.

Il a commencé sa recherche par le biais du Programme de bourses d’études supérieures de l’Université nationale de La Plata et plus tard au Conseil national de la recherche scientifique et technique (CONICET), effectuant un séjour postdoctoral à l’Université de Murcie, en Espagne. Il dirige actuellement des projets de recherche liés à la bioéthique et à la santé publique. Il a des publications pertinentes dans des congrès et des revues internationaux.

De plus, il est le Coordonnateur de la sous-Région du Cône Sud de l’Amérique latine auprès de l’Union internationale de Promotion de la Santé et d’Education pour la Santé (IUHPE/ORLA) ; il est aussi le Coordonnateur du Comité municipal de bioéthique auprès de la Municipalité de General Pueyrredón, à Mar del Plata en Argentine et membre de différents Comités scientifiques et évaluateur de Revues spécialisées en bioéthique et en santé publique.

Enfin, il est le créateur et le coordonnateur du programme éducatif « Red de Sonrisitas » (littéralement Réseau de petits sourires) pour la promotion de modes de vie sains depuis 2005. Le programme est organisé chaque année dans une perspective intersectorielle et interculturelle dans 50 jardins d’enfants et écoles municipales.

Paola Ardiles


Paola Ardiles est enseignante-chercheuse et chargée de cours à la Faculté des sciences de la santé de l’Université Simon Fraser et possède une formation universitaire interdisciplinaire en psychologie, en promotion de la santé, en management et en santé publique. Elle a reçu le Prix 2019 d’excellence en enseignement de premier cycle dans sa faculté pour ses innovations en matière d’enseignement communautaire axé sur l’expérience. Paola a conçu et lancé le « Health Change Lab », un programme interdisciplinaire de premier cycle visant à aider les étudiants à travailler avec des partenaires communautaires, à cerner les défis prioritaires en santé communautaire dans la ville de Surrey et à concevoir des solutions novatrices, participatives et entrepreneuriales. Elle a publié et contribué à des activités de recherche, à l’élaboration de politiques et de pratiques et à des travaux d’éducation allant de la littératie en santé, des problèmes de santé des immigrants aux approches systémiques du bien-être dans les établissements postsecondaires. Paola a reçu en 2012 le Prix « Dr. Nancy Hall Public Policy Leadership » récompensant ses travaux de pionnière au niveau local, provincial et national visant à faire progresser la promotion de la santé mentale au Canada. Elle est la fondatrice de « Bridge for Health » , un réseau local et mondial auto-organisé favorisant l’engagement du public et l’innovation sociale. « Bridge for Health » est devenu une association coopérative qui fait progresser les pratiques d’équité et de bien-être en milieu de travail. Paola a été la Présidente sortante de l’Association de Santé Publique de Colombie Britannique qui plaide en faveur de politiques publiques favorables à la santé et du développement des ressources humaines en santé publique.

Au cours de son mandat qui a duré en tout 10 ans, elle a dirigé et a collaboré à diverses initiatives de renforcement des capacités, de développement de politiques et d’engagement communautaire. Paola a été la première à recevoir le prix de mi-carrière de Promotion de la Santé Canada en reconnaissance de son travail en tant qu’universitaire, praticienne et militante.

Thomas Bastien


Thomas Bastien est ingénieur, diplômé de l’École supérieure d’agriculture d’Angers (France). Il possède également une maîtrise en génétique de l’Université de Wageningen (Pays-Bas). Après avoir œuvré dans le milieu des communications et de la culture pendant plus de 12 ans, notamment à titre de directeur de l’éducation et du mieux-être au Musée des beaux-arts de Montréal, il est désormais directeur général de l’Association pour la santé publique du Québec depuis 2020.

Olivier Bellefleur, PhD


Olivier Bellefleur est le responsable scientifique du Centre de collaboration nationale sur les politiques publiques et la santé (CCNPPS). Il s’est joint au CCNPPS en 2010 à titre de conseiller scientifique et a été nommé responsable en 2017. Ses antécédents universitaires sont en philosophie (B.A., UQAM; M.A., Université de Montréal, études doctorales, Université McGill) et en sciences de l’environnement (M.Sc., UQAM). Le CCNPPS est l’un des six Centres nationaux de collaboration en santé publique du Canada, créé en 2005 et financé par l’Agence de la Santé publique du Canada. Le CCNPPS a pour mandat d’appuyer les acteurs de la santé publique partout au Canada dans leurs efforts pour élaborer et promouvoir des politiques publiques favorables à la santé en développant, synthétisant et partageant des connaissances, en identifiant des lacunes de la recherche et en encourageant le développement de réseaux reliant des professionnels de la santé publique, des chercheurs et des décideurs partout au Canada. Le CCNPPS est hébergé par l’Institut national de Santé publique du Québec et est situé à Montréal. Pour en savoir plus sur ce que nous faisons, veuillez consulter : www.ncchpp.ca

Patsy Beattie-Huggan, BN, MScN


Patsy Beattie-Huggan est la fondatrice et présidente de « The Quaich Inc. », une entreprise de promotion de la santé et de conseil de l’Île-du-Prince-Édouard qui offre des services innovants, axés sur la clientèle et complets dans divers secteurs. Elle est titulaire d’une licence en sciences infirmières de l’Université du Nouveau-Brunswick (UNB) et d’une maîtrise en sciences infirmières et études sur la santé de l’Université d’Édimbourg, en Écosse. Patsy a une vaste expérience de l’éducation en soins infirmiers et de la refonte du système de santé, et elle est fermement déterminée à renforcer les capacités au sein des collectivités. Son travail créatif en promotion de la santé, y compris son leadership dans l’élaboration du Cercle de la Santé, a été largement reconnu. Elle a été employée comme consultante pour de nombreux projets provinciaux, nationaux et internationaux, a joué un rôle déterminant dans la fondation et la prestation continue de l’ « Atlantic Summer Institute on Healthy and Safe Communities » et a coordonné en 2016 le 6e Forum mondial sur la Promotion de la Santé. L’engagement de Patsy pour que les communautés deviennent des entités bienveillantes et solidaires l’a amenée à explorer des approches novatrices et collaboratives pour travailler avec les organisations. En 2020, elle a reçu le Prix « UNB Alumni Award of Distinction ».

Carole Clavier, PhD


Carole Clavier est professeure agrégée au département des sciences politiques de l’Université du Québec à Montréal (Canada). Elle détient un doctorat en sciences politiques (2007, Université de Rennes 1, France) et a été chercheuse postdoctorale à la Chaire Approches communautaires et inégalités de santé à l’Université de Montréal, Canada (2007-2011). Ses intérêts de recherche sont à l’intersection des études sur les politiques et de la promotion de la santé. Elle est particulièrement curieuse de savoir comment la santé devient une partie des politiques publiques dans des domaines autres que les soins de santé et ce que les municipalités et autres gouvernements locaux font pour la santé publique. Carole s’intéresse également à la façon dont les théories du processus politique peuvent être utilisées dans la recherche en promotion de la santé.

Elle a appliqué ces intérêts de recherche à l’étude des politiques de transport actif, des programmes et politiques de santé publique locaux et de la circulation transnationale des idées sur la santé publique. Elle est membre du Groupe d’études sur la santé et les politiques publiques, du Réseau de recherche en santé des populations du Québec et de l’Institut Santé et Société (UQAM).

Avec des collègues du Canada, d’Europe et d’Australie, elle a publié des articles à la fois dans des revues de sciences politiques (par exemple, Gouvernement et action publique, Politics & Policy) et des revues de politiques de santé publique (par exemple, Social Science & Medicine, International Journal of Health Policy and Management, Health Promotion International).

Erica Di Ruggiero, PhD


Erica Di Ruggiero est professeure agrégée à la Division des sciences de la santé sociale et comportementale de la « Dalla Lana School of Public Health (DLSPH) », Université de Toronto. Elle est également professeure agrégée, non budgétaire, à l’ « Institute of Health Policy Management and Evaluation » de l’École et directrice de la « Collaborative Specialization in Global Health » de l’Université de Toronto. Le programme de recherche du Dr Di Ruggiero examine comment les données probantes influent sur l’ordre du jour politique à l’échelle mondiale, en matière d’emploi, d’autres déterminants et d’équité en santé dans le contexte des Objectifs de Développement durable. Son travail porte sur les questions de gouvernance concernant le rôle des institutions mondiales dans la promotion de la santé, l’équité en santé et la prévention des maladies non transmissibles et des facteurs de risque connexes. Elle étudie également les interventions en santé des populations (politiques, programmes), en utilisant des outils conceptuels et méthodologiques novateurs pour mener des recherches internationales comparatives sur les politiques portant plus précisément sur les inégalités sociales et sanitaires mondiales. Avant de rejoindre la DLSPH, elle a été la première directrice scientifique adjointe de l’Institut de la santé publique et des populations des IRSC, où elle a dirigé l’élaboration, la mise en œuvre et l’évaluation de la recherche stratégique, des initiatives de renforcement des capacités et de transfert des connaissances pour répondre à un éventail de priorités de recherche en santé de la population.

Elle a réalisé son doctorat en sciences de la santé publique et sa maîtrise en sciences de la santé en nutrition communautaire à l’Université de Toronto. Elle est rédactrice en chef de la Revue Global Health Promotion et rédactrice adjointe de la Revue internationale de Santé publique. Elle a été conseillère technique ou consultante en recherche pour l’OMS, l’OPS et le CRDI.

Treena Wasonti:io Delormier


Treena Wasonti:io Delormier est Kanien’kehá:ka (Mohawk). Elle est professeure agrégée à l’École de nutrition humaine de l’Université McGill et directrice associée du Centre pour la nutrition et l’environnement des populations autochtones. Elle est la directrice scientifique du Projet de prévention du diabète dans les écoles de Kahnawake, un programme de partenariat communautaire-universitaire et de promotion de la santé qui dure depuis 24 ans dans sa communauté de Kahnawake, près de Montréal, au Québec. Les intérêts de recherche du Dr Delormier comprennent les méthodologies de recherche autochtones, les méthodologies qualitatives, les systèmes alimentaires des peuples autochtones et la prévention du diabète et de l’obésité au moyen de stratégies de mobilisation communautaire.

Lesley Dyck


Lesley est une consultante indépendante qui aide les dirigeants à trouver des solutions efficaces à des problèmes complexes de santé publique, de justice sociale et de leadership sans but lucratif. Elle possède plus de 25 ans d’expérience en promotion de la santé et en développement communautaire au Canada et à l’étranger.

Avant de partir pour fonder sa propre entreprise de consultation, Mme Lesley était spécialiste de l’application des connaissances au sein d’un organisme national de recherche et de plaidoyer en santé publique (Centre de collaboration nationale des déterminants de la santé). Elle a également travaillé comme responsable de programme en santé publique en Colombie-Britannique, comme bénévole internationale (en santé publique en Indonésie), comme coordonnatrice des communications et comme développeuse/programmeuse communautaire.

Lesley a obtenu sa licence en Communication de Masse à l’Université Carleton et sa maîtrise en Promotion de la Santé à l’Université de la Colombie-Britannique.

Elle est bénévole à Promotion de la Santé Canada et soutient activement le développement du réseau de promotion de la santé en Colombie-Britannique.

Dr. Gwen Healey Akearok, PhD


La Dre Gwen Healey Akearok est née et a grandi à Iqaluit, au Nunavut, et c’est dans cette collectivité qu’elle continue de vivre, de travailler et d’élever sa famille. Gwen est cofondatrice et Directrice Exécutive et Scientifique du Centre de Recherche en Santé Qaujigiartiit (AHRN-NU) à Iqaluit, au Nunavut. Elle détient une maîtrise en épidémiologie et en sciences de la santé communautaire de l’Université de Calgary et un doctorat en santé publique de l’Université de Toronto. La Dre Healey Akearok a cofondé le Centre de Recherche en Santé Qaujigiartiit en 2006 avec le regretté Andrew Tagak Sr.

Suzanne F. Jackson, PhD


Suzanne Jackson est Professeure agrégée Emerita à l’Ecole Dalla Lana de Santé publique et toujours active dans le domaine de la promotion de la santé, de la santé publique et de la santé mondiale. Elle codirige le Centre collaborateur de l’OMS en Promotion de la Santé à l’Université de Toronto et de 2001 à 2009, elle a été la Directrice du Centre de Promotion de la Santé toujours à l’Université de Toronto. Elle a été la rédactrice en chef de Global Health Promotion de 2010 à 2019 et a été la Présidente du Conseil d’Administration de l’Association canadienne de Santé publique entre 2017 et 2018. Elle a donné des cours de maîtrise en promotion de la santé et en santé mondiale. Sa spécialité est la planification participative, l’évaluation et la recherche. Elle a travaillé dans le domaine de la recherche communautaire avec l’ « Arctic Institute of Community-Based Research » au Yukon, dans celui des arts communautaires pour les jeunes sans-abri à Toronto et en matière de participation communautaire à la refonte environnementale dans deux quartiers de Tower à Toronto.

Plus récemment, elle a étudié le rôle de la résilience communautaire en réponse à des situations d’urgence comme la COVID-19 dans six quartiers de Toronto.

Le Dr Jackson a influencé la pratique de la promotion de la santé mentale en Ontario en rédigeant conjointement des guides avec le Centre de toxicomanie et de santé mentale. Elle a présidé le conseil d’administration d’ICA Canada et elle est membre du « Centre for Connected Communities Brain Trust ». Elle a à son actif plus de 30 publications, 12 chapitres de livres et a été invitée comme intervenante dans de nombreux pays, dont le Royaume-Uni, l’Allemagne, Taïwan, Singapour, l’Australie, la Nouvelle-Zélande, le Chili, le Brésil et la Jamaïque.

Brittany Wenniserí:iostha Jock, PhD, MHS


Brittany est actuellement chercheuse postdoctorale au « Centre for Indigenous Peoples’ Nutrition and Environment (CINE) » et à l’École de nutrition humaine de l’Université McGill. La recherche de Brittany porte sur les déterminants environnementaux et sociaux de l’obésité et des maladies chroniques connexes dans les communautés des Premières Nations et des Amérindiens. Ses intérêts comprennent tout particulièrement l’élaboration de programmes de prévention de l’obésité adaptés à la culture, la mise en œuvre et l’évaluation de programmes de prévention de l’obésité parmi les populations autochtones et l’amélioration des environnements alimentaires en élaborant des politiques et des partenariats avec les gouvernements et les communautés autochtones. Ayant grandi dans la réserve Kanien’kehá:ka (mohawk) d’Akwesasne, elle s’efforce de promouvoir la santé et le bien-être des populations Autochtones.

Elle a étudié la chimie et les mathématiques à l’Université de Syracuse. Elle a obtenu sa maîtrise en épidémiologie de la « Johns Hopkins School of Public Health » et son doctorat du programme d’interventions sociales et comportementales de la « Johns Hopkins School of Public Health ». Sa recherche pour sa thèse a utilisé des méthodes qualitatives et quantitatives pour élaborer le volet Action communautaire de l’étude OPREVENT2, un programme de prévention de l’obésité avec de multiples composantes à plusieurs niveaux dans six communautés amérindiennes du Midwest et du Sud-Ouest. Elle représente également Promotion de la Santé Canada au comité du CNS pour la Conférence mondiale de 2022 (IUHPE2022).

Jeff Masuda


Le Dr Jeff Masuda est un géographe humain, spécialiste en recherche-action participative dans le contexte de la justice environnementale et de la santé. Titulaire d’une Chaire de recherche du Canada sur l’Equité en Santé environnementale, Jeff participe actuellement à un large éventail de recherches collaboratives axées sur les droits des personnes sans abri, la justice climatique et la gestion des terres, ainsi que sur les déplacements humains et la dépossession des personnes. Jeff est actuellement professeur agrégé à l’École de Kinésiologie et d’Etudes sur la Santé de l’Université Queen’s à Kingston, en Ontario.

Lindsay McLaren


Lindsay McLaren est professeure au Département des sciences de la santé communautaire et à l’Institut O’Brien de santé publique de l’Université de Calgary, en Alberta, au Canada, et se spécialise dans les politiques publiques favorisant la santé. Elle a été titulaire d’une chaire de recherche appliquée en santé publique des IRSC/ASPC/AIHS (2014-2019) et a reçu le prix Pionnier 2019 de l’ISPP des IRSC (catégorie en milieu de carrière), qui reconnaît les contributions professionnelles exceptionnelles à la recherche en santé publique et des populations. Elle est présidente sortante (2014-2018) de l’Alberta Public Health Association et est actuellement rédactrice en chef de la Revue canadienne de Santé publique et corédactrice de la revue internationale révisée par des pairs Critical Public Health.

Sume Ndumbe-Eyoh


Sume Ndumbe-Eyoh est une conférencière, une animatrice et une rédactrice chevronnée sur les enjeux à l’intersection de l’équité, de la justice sociale, du racisme et des déterminants sociaux de la santé. Elle est une spécialiste de haut niveau du transfert de connaissances au Centre de Collaboration nationale des Déterminants de la santé où elle dirige des initiatives axées sur la pratique en santé publique visant à améliorer l’équité en santé et les déterminants sociaux de la santé en partenariat avec des intervenants partout au Canada.

Auparavant elle a déjà travaillé dans des organisations régionales, provinciales et mondiales sur le VIH/SIDA, la lutte antitabac, le changement organisationnel axé sur l’équité et les droits des femmes. Elle a apporté sa contribution aux équipes du Centre de Formation et de Consultation de la Stratégie pour un Ontario sans fumée, de la Table ronde régionale sur la Diversité, du Réseau de l’Ontario pour le traitement du VIH, du « Southern African AIDS Trust » et du Centre pour la Justice sociale.

Sume est membre du Conseil d’Administration de l’Association canadienne de santé publique, membre du Groupe de Travail « Black Health Equity » (Ontario, Canada) et a agi à titre de conseillère auprès de Groupes de Travail et de Comités dirigés par l’Agence de la Santé publique du Canada, l’Institut canadien d’information sur la santé et de nombreux partenaires universitaires.

Sume détient une Maîtrise en Sciences de la Santé, en Promotion de la Santé et Santé mondiale de l’Université de Toronto.